Journée d’étude novembre 2021

DIDACTIQUE, PÉDAGOGIE ET TRADUCTION

Tchernivtsi, 5 novembre 2021

Cette journée d’étude constitue le deuxième volet des rencontres scientifiques organisées autour de la traduction. La première rencontre a eu lieu à l’Université nationale de Tchernivtsi en mai 2021 ; celle-ci portait sur la traduction comme dispositif de médiation. Les différentes communications et les échanges qui en sont suivi n’ont fait que confirmer que la traduction est fondamentalement une activité plurielle, polymorphe et multidimensionnelle. Aussi, en écho et en prolongement des problématiques soulevées lors de ce premier colloque, cette nouvelle rencontre se propose-t-elle d’explorer le caractère multidimensionnel de l’enseignement de la traduction. Lors de cette journée d’étude, il s’agira donc de problématiser, d’explorer et de cartographier ce vaste champ que constitue l’enseignement de la traduction. À la suite de Christine Durieux, on peut fixer quatre domaines sur lesquels pourront porter les différentes communications : (1) enseigner une langue étrangère ; (2) former de futurs professeurs de langue ; (3) former de futurs traducteurs professionnels ; (4) former de futurs formateurs de traducteurs. En effet, selon l’objectif visé (Durieux, 2005), l’enseignement de la traduction se structure nécessairement autour de dispositifs et d’agencements organisationnels, théoriques (dominante didactique) et méthodologiques (dominante pédagogique), différents, et ce pour les enseignants et pour les étudiants.

L’enseignement de la traduction peut donc poursuivre plusieurs objectifs. C’est pourquoi nous proposons d’organiser la réflexion de cette journée autour de deux axes majeurs qui peuvent se décliner en diverses problématiques que nous signalons, ci-dessous, sans souci d’exhaustivité, ni de hiérarchie : 

  1. Enseigner-apprendre une langue étrangère en lien avec la traduction ;
  2. Enseigner-apprendre la traduction professionnelle.

Axe 1. La traduction et l’enseignement des langues étrangères

  • La traduction comme activité médiatrice dans un cours de FLE.
  • La traduction comme instrument didactique : apports et difficultés.
  • De la traduction dans l’enseignement des langues à l’enseignement de la traduction.

Le premier axe porte sur la place de la traduction dans l’apprentissage d’une langue étrangère. Nous proposons d’explorer, ici, les dimensions linguistique et culturelle de la traduction. Pourront ainsi être interrogés les sujets suivants :

  • Traduire pour communiquer : la traduction comme un moyen de rapprochement de deux cultures (la traduction comme une pratiques de médiation / un moyen de sensibilisation à l’autre) ;
  • Traduire pour apprendre une langue : la traduction comme regard et réflexion métalinguistiques, en vue de mettre à jour et d’expliquer d’un point de vue généalogique, diachronique et synchronique les différences structurelles entre les langues (différences morphologiques, lexicales, syntaxiques et discursives) ;
  • Traduire pour maîtriser une langue étrangère et s’initier à une culture autre : la traduction littéraire comme un moyen d’accès à un autre monde, linguistique, social et culturel, à la fois différent et semblable au monde de la langue cible.

Axe 2. Enseigner-apprendre la traduction professionnelle.

Le deuxième axe a pour objet la didactique de la traduction professionnelle. Notre objectif sera de questionner les stratégies, les outils et les méthodologies mobilisés en vue de l’acquisition d’une qualification professionnelle en traduction. Les pistes suivantes pourraient donc constituer une base de discussion et concerner aussi bien les chercheurs, que les enseignants, et les professionnels de la traduction :

  • Enseigner la traduction en vue de l’acquisition d’une compétence méthodologique (la connaissance des dictionnaires généraux et spécialisés de la recherche documentaire) ;
  • Enseigner la traduction en vue de l’acquisition d’une compétence technique (mémoires de traduction, bi-textes, logiciels de traduction assistés par ordinateur, concordanciers, banques de terminologie) ;
  • Enseigner la traduction en vue de l’acquisition d’une compétence disciplinaire (la connaissance des langues spécialisées dans les cours de traduction technique, économique, juridique, médicale, etc).

La journée d’étude se déroulera sous diverses formes : conférences, communications et ateliers. Les communications devront porter sur l’un des axes décrits plus haut (« La traduction et l’enseignement des langues étrangères » ou « Enseigner-apprendre la traduction professionnelle »).

Langue des communication : français.

Adresser aux organisateurs du colloque avant le 10 septembre 2021 un résumé de 3000 à 4000 signes espaces compris (indiquer dans quel axe thématique s’inscrit le sujet de la communication), accompagné d’une bio-bibliographie et des coordonnées du participant. Le fichier envoyé sera désigné par le nom de son auteur.

Les propositions seront examinées par un comité scientifique. Ses décisions seront communiquées avant le 20 septembre 2021.

La durée de la communication : 15 minutes.

Propositions de communication à adresser par courriel à :

Galyna DRANENKO galynadranenko@yahoo.fr

                        et             colloquetchernivtsi@ukr.net

 

Comité d’organisation

Galyna DRANENKO, responsable du colloque, maîtresse de conférences au Département d’études romanes et de traduction à l’Université de Tchernivtsi ;

Diana ROUSNAK, coordinatrice scientifique de l’axe 1 du colloque, maîtresse de conférences en didactique au Département d’études romanes et de traduction à l’Université de Tchernivtsi ;

Olena STEFURAK, coordinatrice scientifique de l’axe 2 du colloque, maîtresse de conférences au Département d’études romanes et de traduction à l’Université de Tchernivtsi ;

Halyna KUTASEVYCH, coordinatrice des ateliers pédagogiques, maître de conférences au Département d’études romanes et de traduction à l’Université de Tchernivtsi.

 

 Propositions de communication à adresser par courriel à :

Galyna DRANENKO galynadranenko@yahoo.fr

                          et             colloquetchernivtsi@ukr.net

Bibliographie indicative :

  1. ARROYO, Encarnación (2008), « L’enseignement de la traduction et la traduction dans l’enseignement », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVII N° 1 | 2008, document 9.
  2. BALLARD, Michel, (1984), « La traduction relève-t-elle d’une pédagogie ? », dans Michel BALLARD (dir.), La Traduction : de la théorie à la pratique, Lille, Université de Lille 3.
  3. BOURDIEU, Pierre (1982), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.
  4. CLAS, André, « Théorie et enseignement de la traduction ». In: Équivalences, 38e année-n°1-2, 2011. L’enseignement de la traduction, sous la direction de Christian Balliu, 15-51.
  5. CORMIER, Monique C. (1991), « Traduction de textes destinés à des spécialistes: approche pédagogique ». Meta 36(2-3), 440-447.
  6. LETHUILLIER, Jacques. (2003). « L’enseignement des langues de spécialité comme préparation à la traduction spécialisée ». Meta, 48(3), 379–392.
  7. DOGORITI, Eleftheria. Iseris, Georges. Vyzas, Theodore. (2018) Médiation linguistique et activités de traduction dans l’enseignement des langues de spécialité : une pratique didactique revisitée. Lexis.
  8. DURIEUX, C., 2005. L’enseignement de la traduction : enjeux et démarches. META, vol. 50, n° 1, 36-47.
  9. LAVAULT, Élisabeth (1985), Fonctions de la traduction en didactique des langues, Paris, Didier Érudition.
  10. LAVAULT, Élisabeth (1993), « Traduire en LEA, traduire pour communiquer », dans Michel BALLARD (dir.), La Traduction à l’université. Recherches et Propositions didactiques, Lille, Presses Universitaires de Lille.
  11. LEBLANC, Mathieu. (2016). La traduction spécialisée à l’ère des nouvelles technologies : quel effet sur le texte de spécialité?, Studia Romanica Posnaniensia 43(1), 77-92.
  12. RAULT, Didier. (2014) Observation de pratiques didactiques en LEA. Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l APLIUT.